cover136264-medium

Ce qu'en dit l'éditeur:  

En amour, la fin justifie toujours les moyens

Juliette et Nate sont faits l’un pour l’autre. Il est pilote de ligne, elle est hôtesse de l’air dans la même compagnie. Les amis, la famille, le travail, Juliette sait tout de Nate – surtout grâce aux réseaux sociaux. Elle aime particulièrement son appartement, dont elle a fait faire un double des clés et où elle se rend régulièrement quand Nate n’y est pas. Et elle déteste Bella, la sœur de Nate, mais n’est-ce pas la norme dans un couple heureux que de ne pas s’entendre avec sa belle-famille ?

Nate a rompu avec Juliette six mois plus tôt, mais cela ne compte pas. Juliette ne s’appelle d’ailleurs pas vraiment Juliette, et n’est devenue hôtesse de l’air que tout récemment, pour garder un œil sur lui. Entrer dans la vie des proches de Nate, choisir les mêmes vols que lui, espionner son téléphone à distance, s’inventer une nouvelle identité : Juliette ne recule devant rien pour atteindre son but, car elle a un plan pour le récupérer, et elle ne laissera rien ni personne se mettre en travers de son chemin.

 Juliette le sait, le grand amour se mérite, il fait souffrir, mais il vaut toute la douleur du monde. Et des autres. Juliette et Nate sont faits l’un pour l’autre, même si Nate ne le sait pas encore…

 Un thriller psychologique glaçant et oppressant, et une évocation de l’obsession sans entraves, qui transforme l’amour absolu en haine pure en un instant.

SON AMOUR EST UNE OBSESSION MORTELLE

Juliette adore Nate. 
Elle le suivra partout. Elle est même devenue hôtesse de l' 
air pour sa compagnie aérienne, afin qu'elle puisse garder un œil sur lui.

Ils sont destinés à être. 
Le fait que Nate ait rompu avec elle il y a six mois ne veut rien dire. 
Parce que Juliette a un plan pour le reconquérir.

Elle est la petite amie parfaite. 
Et elle s'assurera que personne ne l'empêche d' 
obtenir exactement ce qu'elle veut.

Le vrai amour fait mal, mais Juliette sait que ça en vaut la peine ...

Ma cote: 5/10

Mon avis:

Je dois la découverte de Karen HAMILTON et de son roman « La fille du ciel » grâce à l’équipe du Challenge NetGalley, France et aux éditions Calmann-Levy et leur série Noire. Merci, bien sûr, à eux !

J’ai donc suivi l’histoire de Elisabeth-Lilly-Juliette, hôtesse de l’air dont la profession justifie le titre français de ce roman qui, à l’origine, dans sa version anglaise, avait pour « The perfect girlfriend ».

L’idée même de suivre une hôtesse de l’air pétillante d’idées, de plans sur la comète et de débrouillardise m’a donné à penser à Natacha, la célèbre hôtesse de l’air de l’ami François WALTHERY, dessinateur de BD ô combien sympathiques !  Mais le lecteur que je suis a été obligé de déchanter rapidement.  Loin, comme Natacha, de sauver la planète par son charme, ses coups de bluff, son humour et ses idées constructives et opportunes, la Juliette, Hôtesse de l’air, « fille du ciel » nous propose de la suivre dans ses pensées les plus sombres, les plus machiavéliques, les plus tordues et les plus méprisantes pour la réalité et un minimum de respect des personnes.

Il est vrai que Karen HAMILTON nous la présente comme une jeune femme qui a connu une enfance trouble, un drame familial, une adolescence mortifère sous le coup de la jalousie et d’un sentiment de rejet, le tout sur fond d’une expérience sexuelle bien trop tôt arrivée que pour être assumée. Bref, le personnage central de ce roman a tout pour attirer sur sa personne la compassion, la compréhension et le pardon de ses fautes, si tant est qu’il faille parler de fautes plutôt que de justice, même vengeresse !

Mais, là où le récit perd de sa crédibilité, c’est qu’il ne se fait l’écho que d’une seule voix, d’une seule perception de la réalité et donc qu’il s’avère rapidement bancal, redondant et sans avenir ! Comment s’identifier à un personnage aussi vil, manipulateur, un personnage qui se replie sur lui-même et s’enferme dans sa folie au service d’une cause impossible à partager ?

Le lecteur est donc contraint à se demander, tout au long des pages qui se suivent et se ressemblent, comment, diable, les choses vont-elles se terminer. Mais, là aussi, l’auteur utilise une pirouette parfaitement rôdée et lue dans d’innombrables bouquins.  La fin sera sans terme, toutes les voies restantes ouvertes à l’appréciation du lecteur qui n’en demandait pas tant.

Bref, un roman de série noire qui ne m’a pas convaincu même si, c’est vrai, il s’agit, comme l’annonce l’éditeur, d’un « thriller qui évoque une obsession sans entraves transformant, en un instant, l’amour absolu en haine pure.

 

Citations:

 

A propos de l'auteur: [source: https://www.goodreads.com/author ]

Karen Hamilton a passé son enfance en Angola, au Zimbabwe, en Belgique et en Italie et a travaillé comme hôtesse de l'air pendant de nombreuses années. Récemment diplômée de l'Académie Faber, Karen s'est maintenant enracinée dans le Hampshire pour élever sa jeune famille avec son mari. Elle satisfait son envie d'explorer le monde à travers ses écrits. L'AMIE PARFAITE est son premier roman.

The Perfect Girlfriend est mon premier roman et est maintenant disponible dans les éditions ebook , audio et hardback . C'est un thriller psychologique sur une hôtesse de l'air sociopathe, Juliette Price. Le livre est enraciné dans mon expérience de travail, mais pas autobiographique! Je me suis rendu compte très tôt dans ma carrière de voleur, que dès que j'ai changé d'uniforme, je suis devenu anonyme. Cela m'a fait réfléchir sur les identités derrière les uniformes et les personnages de travail et est devenu une idée qui m'aidera plus tard à créer mon protagoniste.

Les références:

Formats disponibles

FORMAT
ISBN
PRIX