cover138676-medium

Ce qu'en dit l'éditeur:

"Sur la terre comme au ciel » relate les tribulations de Dieu entre la terre, où il est de moins en moins en odeur de sainteté, et le ciel, où ses subordonnés célestes sont décidément très réticents à la moindre idée de progrès. À l’instar de ce qui se passe pour de nombreuses autres entreprises, il finira par être contraint de brader le Paradis à un consortium américain, avec toutes les conséquences que cela peut avoir sur chacun d’entre nous.

Bien entendu, cette fiction un brin humoristique repose sur l’observation de faits réels et quotidiens, dans lesquels Dieu a toute sa place. Mais s’est-il fait à notre image, ou sommes-nous faits à l’image de Dieu ? La question est trop importante pour que l’on se hasarde à y apporter une réponse.

 

Pour une heure de lecture, nul doute que le lecteur aura matière à réfléchir sur cette question cruciale, ainsi que sur une infinité d’autres sujets."

Ma cote:  5/10

Mon avis:

 

Dans nos quotidiens, Dieu a toute sa place... déclare René PINEAU, mais il affuble d'entrée de jeu sa réflexion d'une question fondamentale déclinée sous le mode humoristique: "Dieu s’est-il fait à notre image, ou sommes-nous faits à l’image de Dieu ?"

Le ton est donné. Avec un humour un brin irrévérencieux qui permet à l'auteur de s'interroger sur le devenir de l'Entreprise Paradis et celle de son sous-traitant, l'Enfer, René PINEAU se questionne et nous interpelle sur une série de dysfonctionnements de nos sociétés actuelles.  La recette d'un regard décalé, extérieur sur nos fonctionnements humains paraît simple, encore fallait-il être capable de la concocter !

Pour mémoire, je laisse à ceux qui veulent s'y essayer, les quelques grandes lignes de la recette :

  1. Prenez un grand saladier, déposez-y quelques beaux filets de conceptions managériales de notre monde économico-juridico-politico et parfois tragico-comique.
  2. Mélangez avec quelques louches d'une purée de nos vieilles représentations de Dieu, du Ciel, de son Paradis et de ses jugements derniers.
  3. Ajoutez un soupçon anxieux de pesage des âmes et réservez au frais dans un courant de déplacement éthéré de quelques anges.
  4. Pendant ce temps de repos, préparer une bolée de sauce sur fond de crise sociale, ajoutez une pincée de revendications syndicales, un soupçon de collusion avec la concurrence et un zeste de mauvaise foi.
  5. Pimentez avec quelques grains relevant de l'épineuse question du sexe des anges.
  6. Dressez le tout dans un moule à gaffes huilé au préalable de toutes vos inquiétudes et faites cuire au four de votre humour jusqu'à constitution d'une croûte dont le cramoisi vous rappellera le goût de la vie.
  7. Sortez du four et consommez sans modération.  L'idéal étant d'accompagner ce plat d'un voisin proche avec qui vous pourriez renouer une saine relation... C'est divin ! 

Ce livre est à prendre avec humour. Tout n'y est pas égal, selon moi, quelques redondances, quelques situations un peu trop tirées par les cheveux. Mais, globalement, un regard amusé, amusant et probablement sain sur les travers de notre époque et notre désertion de Dieu.

A propos de l'auteur: [Site librinova, auto-édition]

Un Professeur des Universités, spécialiste des moisisque le téléphonne fixesures et qui a passé l’essentiel de sa carrière outre-mer, doit savoir, au moment de la retraite, revenir les pieds sur terre.

Quarante années d’observation du monde, de ses imperfections et de ses lumières, incitent nécessairement à s’interroger sur le fonctionnement de notre société. Mais comment aborder tout cela si l’on n’est pas, au moins, philosophe, sociologue, ou politicien ?

C’est pourtant une affaire trop sérieuse pour être confiée à ces seuls spécialistes et un regard extérieur et décalé constitue une bonne manière de percevoir et de comprendre notre environnement humain.

Les références:

 

FORMAT
ISBN
PRIX